• Pierre Brisillac

    1840-1877 : 1ère Génération

    Né à Perpignan en 1807, Pierre Brisillac devient luthier à Perpignan en 1840. Dans une ville de Perpignan encore entourée de ses remparts, il se met à l'œuvre au 5 Rue de l'ange. il changera ainsi 13 fois d'adresse avant de s'installer finalement en 1867 au 9 et 11 Rue Mailly, tout proche de l'ancien emplacement du conservatoire, lui-même ouvert seulement en 1842. Malgré des débuts difficiles, il parviendra à faire grandir son affaire de "facteur d'instruments de musique" au milieu d'une difficile concurrence (Maisons Toron et Vallote). Il sera un des pionniers de la renaissance de la musique catalane, au travers de ses fabrications d'instruments de Cobla au milieu du 19ème siècle en catalogne nord.

    En 1862, Pierre Brissillac remporte un 3ème prix du concours artisanal dans la catégorie instruments de musique, sa réputation n'est plus à faire puisque son concurrent direct et pour le moins talentueux (Inventeur et fabriquant de la ténora- un "hautbois-ténor"), Toron remporte le prix ex-aequo avec lui.

    En 1864, il rachète les stocks de son ancien concurrent Vallote mis en liquidation, preuve de son dynamisme commercial. La même année, un jeune parisien qui "tourne la France" comme lui auparavant se présente dans l'atelier boutique : Il s'agit de Firmin Delmas. Ce jeune luthier parisien, spécialiste des cuivres vient poursuivre son compagnonnage auprès de Pierre Brisillac pour s'initier au travail du bois. Il ne quittera plus jamais l'atelier et se mariera en 1865 avec Rosalie Lila, fille de Pierre Brisillac. A la mort de ce dernier en 1877, il prendra sa succession.

    Marque de Brisillac à la poignée de ses outils

  • Firmin Delmas

    1877-1903 : 2ème Génération 

    Firmin Delmas est né en 1847 à Paris, fils d'un facteur d'instruments parisien, il part en 1860 "tourner la France", dans la tradition du compagnonnage. Arrivé en 1864 dans l'atelier de Pierre Brisillac, il se marie en 1865 avec sa fille Rosalie Brisillac. En 1877, à la mort de ce dernier, il prendra la succession de l'atelier-magasin nommée un temps "Maison Brisillac-Delmas Luthiers". Après une succession délicate aux vues des nombreux enfants de Pierre Brisillac, il parvient néanmoins à récupérer le plus important pour lui : l'atelier et les outils de son mentor et beau-père.

    En 1891, Firmin Delmas déménage son entreprise des 9 et 11 Rue Mailly au N°10, situé juste en face (Cela ne vas pas sans rappeler son lointain successeur Amand Gombert-Delmas qui fera de même en 2013 Avenue de la Gare). Il est d'ailleurs à la même époque (1886-1896) le seul spécialiste perpignanais des instruments de musique, pianos exclus ! Faute, peut-être de moyens financiers suffisants pour constituer un stock, la maison Delmas n'agit dans le domaine qu'en commissionnaire, en tous cas à cette époque-là. Les anciens concurrents tel que Thoron ont fait place aux nouveaux venus, Tixador, Ripoll et Pomés, plus ouverts au piano.

    Rosalie Brisillac, Fille de Pierre Brisillac et femme de Firmin Delmas

    C'est d'ailleurs ce manque d'audace commercial, qui poussera son fils François Delmas à se séparer de ses parents en 1901 pour s'installer accordeur et faire négoce des Pianos. Il y aura donc 2 maisons Delmas à Perpignan entre 1901 et 1903, l'ancienne maison Brisillac-Delmas, spécialisée dans les bois, les cuivres (réparation, fabrication et vente) et le nouveau commerce de François Delmas portant sur les pianos. En 1903, à la mort de Firmin Delmas, François Delmas réunira les 2 commerces. Le petit "facteur" parisien aura beaucoup lutté et souffert pour une entreprise qu'il laisse prospère à sa veuve et à ses enfants. Firmin Delmas a profondément transformé et modernisé l'entreprise à laquelle il a pu, à juste titre, donner son nom, pour remplacer celui de Brisillac.

    Carton Publicitaire de Firmin Delmas  en 1891

  • François Delmas

    1903-1949 3ème Génération 

    François Delmas est né en 1870 à Perpignan, il rentre en 1886 en tant qu'apprenti auprès de son père Firmin Delmas. La tradition familiale veut qu'il fut apprenti chez un pâtissier avant de revenir vers la musique. Avec François Delmas, la lignée familiale entre pour longtemps dans l'enseignement de la musique. Elle quitte la fabrication d'instruments eux-mêmes qui n'est guère rentable face au processus d'industrialisation. S'ils ne "font" plus des séries d'instruments, ils sont parfaitement capable de les réparer tous et de les "reconstruire". Firmin Delmas lui inculque le le gout du travail bien fait qu'il avait tiré de son compagnonnage et de l'enseignement de Pierre Brisillac.

    En 1893, après 3 années en tant que "musicien soldat" du 12e Régiment d'infanterie en garnison à Perpignan, il se remet à son travail, qu'il supporte difficilement à cause de la tutelle parentale. Il obtient de séjourner quelques mois à Paris et apprend l'art d'accorder des pianos ; il visite les manufactures de renom :Pleyel, Gaveau Erard. Il est désormais convaincu de l'importance du piano en ce début de 20ème siècle, ou la présence d'un piano dans la pièce principale d'appartements parfois modestes est courante. En rentrant à Perpignan, il tente de convaincre sans succès son père. il se met néanmoins à son compte quelques heures par jour pour accorder des pianos.

    Le 18 Février 1897, ses efforts d'apprentissage de la musique - François Delmas est un violoncelliste émérite - sont couronnés lorsqu'il est nommé professeur des classes de cordes au conservatoire de Perpignan. De ce jour et jusqu'en Septembre 1968, soit pendant 71 ans, les Delmas resteront "titulaires de cette chaire", Louis succédant à son père en 1938.

    En 1901, devant les réticences de ses parents à élargir les activités, François Delmas saute le pas et ouvre au 7 Rue de la République un "atelier spécial pour la réparation complète et la remise à neuf des pianos. La même année, il épouse Mademoiselle Anna Walter, connue quelques mois plus tôt dans la maison des parents Walter... à la faveur d'un accord de piano.

    Anna Walter, Femme de François Delmas

    Quand son père décède en 1903, il réunit au même endroit les deux fonds de commerce Rue de la République. Puis en 1909, il décide de s'installer dans le nouveau quartier de la Gare à Perpignan ou il fait bâtir un immeuble de 2 étages incluant habitation, atelier et magasin. François bénéficie d'une large clientèle. Au noyau des fidèles de ses parents s'ajoutent ses propres clients: professionnels et amateurs de piano, professeurs et élèves du conservatoire. Il est peu de concerts auxquels il ne participe comme violoncelliste... Il n'est pas d'instruments de musique qu'il ne vende. On peut trouver à cette époque les classiques "cordes, cuivres et percussion", mais encore des orgues, des harmoniums, des pianos automatiques, classiques, pneumatiques, des phonographes à rouleaux puis à disque. Il représente Gramophone, Colombia, Telefunken aussi bien que Gaveau Pleyel et Erard. Rien de ce qui est sonorité ne lui est étranger. Il doit surtout sa réputation à son savoir faire de réparateur.

    Entre 1914 et 1917, il est mobilisé pour la première guerre mondiale alors que sa femme Anna Walter tiendra la boutique pendant ses absences. La paix revenue, Anna restera maître dans le magasin et la comptabilité alors qu'il passera de plus en plus de temps à l'atelier.  Son fils Louis Delmas, né en 1902 le rejoint en 1920 baccalauréat en poche. Voilà une discontinuité par rapport à son père et grand-père : quand un petit patron envoie son fils au lycée, en ce début de siècle, il accède à la bourgeoisie pas essentiellement liée au patrimoine mais surtout par le niveau d'instruction. Les années d'après guerre demeurent prospères pour le couple Delmas, il acquiert son concurrent Jules Portet en 1920. Dix ans plus tard en 1930 il achètera les établissements Naudo, successeurs de la vieille maison Tixador et Pomès, fondée en 1892. Cette acquisition effectuée, François et Anna demeureront les seuls représentants du piano, avec un image "haut de gamme" en face de la maison Olive, spécialisée dans le "bon marché".

    Courrier commercial utilisé par la maison Delmas de 1910 à 1925

    Les années de la seconde guerre mondiale sont beaucoup plus difficiles à vivre pour la famille qui souffre des privations, surtout après l'occupation de la zone sud en 1942. L'angoisse règne souvent au 86 Avenue de la Gare (Transformée Avenue du maréchal Pétain ...) depuis que la Gestapo s'est installée dans l'immeuble d'en face. Au départ des allemands, le quartier failli être soufflé par l'explosion de ce bâtiment, sauvé in-extremis par les résistants. L'activité commerciale se réduit faute d'approvisionnements, et on se réduit de plus en plus aux réparations de fortune. En 1945, François Delmas qui a plus de 75 ans a perdu l'esprit d'entreprendre et ne se décide pas à passer la main à Louis Delmas pourtant jugé compétent. Il a oublié que 50 ans plus tôt à ses 25 ans son père Firmin fit de même avec lui... Malgré les souffrances, il vivra ses derniers jours dans son atelier en Février 1949 à près de 79 ans. Né à la fin du règne de Napoléon 3, il a pratiquement vécu le temps de la 3ème république dont l'écroulement marque pour lui la fin des années heureuses. Mais il a su évoluer avec son temps et profiter des opportunités pour passer du statut d'artisan locataire à celui plus confortable de négociant-propriétaire. Il a donné aux siens beaucoup plus que la satisfaction vaine d'accéder à la bourgeoisie dont les frontières sont toujours contestables. Grâce à lui sont entrés dans la famille, la curiosité intellectuelle et le gout de la pédagogie.

    François Delmas, 78 ans réparant un piano dans son atelier

  • Carte postaleLa Maison Delmas déménage Avenue de la Gare

    Dans un Perpignan qui se modernise (électricité imposée en 1898) et dont l'arrière pays connaît un essor certain avec le tourisme thermal, les affaires de François Delmas vont bon train... Le grand évènement pour la ville est l'arasement des remparts, voté par le Conseil Municipal en 1903, pratiquement terminé en 1906. Les espaces libérés donnent lieu à une intense spéculation, à une fiévreuse activité immobilière. Leur aménagement débute précisément avec l'ouverture de la place de Catalogne sur le site de la porte de la République, disparue avec les remparts, et qui effectue la jonction entre la rue de la République et l'avenue de la Gare. C'est en effet à l'ouest de la ville et, bien sur en dehors des remparts à l'époque qu'en 1858 la gare a été construite. En 1862, une artère large de seize mètres a été tracée entre la gare et la porte Impériale (de la République). A partir de 1900, un tramway électrique dessert le quartier. "Les Dames de France", installées jusque-là rue Mailly achètent en 1907 place Catalogne un terrain sur lequel s'édifie un magasin moderne (L'édifice existe toujours En 1909, François Delmas ayant réuni les deux entreprises familiales (celle de son père et sa propre affaire) décide de faire bâtir une demeure de 3 étages dans le nouveau quartier de la Gare. Cet immeuble, toujours propriété de la famille accueilli le magasin historique de 1909 à 2013. Actuellement la batisse demeure le siège social ainsi que l'exposition des pianos d'occasion, de l'atelier et des pianos de concert.

  • Louis Delmas (1902-1982) Successeur de François Delmas en 1949Louis Delmas

    1949-1982 : 4ème Génération 

    Louis Delmas est né en 1902 à Perpignan, il effectue ses études secondaire au Lycée Arago, sanctionné par le baccalauréat. Cependant, ses parents François Delmas et Anna Walter ne lui laisse guère le choix quant à son orientation professionnelle : Il succédera à ses parents. Son père lui a appris tous les rudiments du métier ainsi que le violoncelle. On le dit aussi bon pianiste. Il passe à partir des années 20 la moitié de son temps entre l'atelier avec son père et au magasin avec sa mère. Son aide précieuse permettra à François Delmas de devenir incontournable sur le marché de la musique.

    Entre 1922 et 1924, il effectue son service militaire en Algérie ou il rêve de s'installer. Ses parents le laisse alors se marier avec sa promise Anita Serra, fille d'agriculteurs catalans et lui permette une certaine aisance avec l'augmentation de son salaire ainsi que la mise à disposition d'un appartement au premier étage de la maison familiale avenue de la gare. Ils mettront néanmoins 25 ans à prendre la tête de l'affaire familiale. Entre temps, il succédera à son père à la tête des classes de cordes du conservatoire de Perpignan, sa femme donnant quant à elle des cours de Piano particuliers (elle est diplômée du même établissement). Malgré ses difficultés, Louis et Anita profitent de Perpignan à la belle époque, faisant partie de la compagnie des tréteaux avec leur amis François Rocaries. Il sera donc le chef d'orchestre est aura le plaisir de retrouver sa fille Francine, née en 1927 au violoncelle.

    Anita Serra (1904-1981), Epouse de Louis Delmas

    En fait, peu de Perpignanais contestent le grand talent de musicien de Louis Delmas, on vient tout naturellement le trouver pour une expertise, le choix d'un instrument  et beaucoup d'autres choses attenantes à la musique. Quand à Charles Trenet, à ses débuts, se sent habité par des airs qu'il ne peut que chantonner sans pouvoir les coucher sur des portées, c'est à Louis Delmas qu'il s'adresse, pour traduire en note ses enchantements. Georges Ulmer viendra lui aussi frapper au 86 avenue de la Gare.

    La seconde guerre mondiale sera un moment difficile pour toute la famille Delmas, mais sa mère ne lui laisse gérer l'affaire qu'à partir de 1949, à la mort de François Delmas. En 1950, il modernise alors le magasin qui était le même depuis 1909 avec de nouveaux meubles, un doublement de la surface de vente (de 40 mètres carrés à 70) et un nouvel assortiment (entrée des instruments de Jazz). Le chiffre d'affaire suivra en conséquence même si Louis Delmas ne prendra jamais de collaborateur, laissant sa femme Anita gérer parfaitement le magasin. Ils oublieront vite la notion des weekends, Louis parcourant le département le dimanche pour accorder des pianos, sa femme effectuant les commandes. Ils ne manqueront pas le développement du festival de musique de Prades qui débute en 1950 grâce au célèbre violoncelliste Pau Casals avec lequel Louis Delmas entretient d'abord une relation professionnelle puis une réelle amitié. Il semble que leur passion commune du violoncelle, ainsi que l'aide de Louis Delmas pour les instruments du maître (son piano en particulier) n'y soit pas pour rien.

    La "maison de musique" profite du développement de Perpignan et de sa région à partir des années 50. La ville gagne de nouveaux habitants avec les rapatriements d'Afrique du nord  dans les années 60 ainsi qu'avec la création du Moulin à Vent. Le décollage du tourisme aide aussi, nombreux sont les touristes à s'arrêter avenue de la gare pour acheter un disque de sardane ou réparer une guitare mal en point. Ils progressent dans toutes les lignes de produit, et notamment le piano qui voit ses facteurs français diminuer, place est alors faite pour les japonais et allemands.

    Le magasin Delmas Musique après rénovation en 1950

    En 1975, il compte prendre sa retraite et écrire sur papier toutes les techniques familiales apprise au cours de l'existence de la maison Delmas et au cours de ses nombreuses visites aux facteurs de piano. Cependant, il fêtera ses noces d'or avec Anita sans successeur déterminé. Pour la première fois dans la famille Delmas, la génération suivante ne pousse pas à la "porte" les anciens dirigeants. Francine a choisi l'enseignement des lettres classiques, son mari Francis Gombert le commerce international. Ils vivent tous deux à paris avec 2 enfants, Amand Gombert-Delmas né en 1959 et Louis-François Gombert né en 1967. Peut être un jour l'ainé reprendra la maison Delmas ? Louis et Anita l'espèrent en secret. Les concurrents se font agressifs dans un marché en pleine croissance. Si les affaires de l'entreprise progressent, ce n'est que de façon conjoncturelle : il y a recul en part de marché. Il demeure en 1975 parmi les 5 magasins de la ville, spécialiste en classique et pianos avec "peu" de choix en moderne, Louis Delmas demeure le meilleur accordeur de pianos de la ville.

    En fait Louis, comme son père, comme son grand père, travaillera jusqu'à son dernier jour... Sa femme, Anita qui se dépense son compter est emportée en quelques jours en Mai 1981. Louis, très marqué ne fait que lui survivre de quelques mois. Il s'éteint le 1er février 1982, près de son petit fils Amand qui lui a fait la joie de venir finir ses études de droit à Perpignan. Cet homme était fort respecté, cultivé et équilibré. Habile au travail manuel et sur le plan intellectuel, il usait néanmoins de modestie. Ceux qui ont eu le privilège de le voir à l'oeuvre dans son atelier n'oublieront pas l'acharnement à "bien faire" sans aucune considération de rentabilité. Son art tenait à la fois de la sculpture pour la coupe des bois, de la peinture pour le choix et le passage de vernis, de l'acoustique pour la production des sons. Il excellait en tout.

  • Amand Gombert-Delmas, dirigeant de Delmas Musique depuis 1982Amand Gombert-Delmas

    Depuis 1982 : 6ème Génération

    Amand Gombert-Delmas est né en 1959 à Perpignan. Il séjourne souvent durant son enfance et de son adolescence auprès de ses grands parents maternels. Il apprend beaucoup de son grand père Louis Delmas dans l'atelier et se montre un élève appliqué de sa grand mère au piano. Il étudiera notamment cet instrument au conservatoire de Paris. Vivant à l'année à Paris avec ses parents, il s'installe définitivement en 1979 à Perpignan après un séjour dans le nord. Il y termine ses études de droit mais nombre de ses weekends sont vécus dans l'atelier de son grand père, qui se montre généreux quant à la rémunération de l'étudiant-apprenti.

    Rien ne permettait de prévoir la subite disparition de Louis Delmas en 1982 laissant sa famille bouleversée. Rien ne pouvait non plus prévoir la soudaine  détermination d'Amand Gombert-Delmas à reprendre la maison Delmas. La 5ème génération, en la personne de Francine Delmas confie donc la gestion de la maison à son fils ainé. Les métiers de la musique ne constituent donc pas à monde inconnu pour Amand lorsqu'il prend en charge la vieille maison en février 1982, mais il se sent encore bien inexpérimenté. Les fournisseurs et les clients, en dépit de l'estime qu'ils avaient pour Louis Delmas restent circonspects... Les concurrents affichent des airs goguenards ... les malveillants guettent les mauvais pas... On sait aujourd'hui qu'ils seront déçus.

      Chantal Gombert et Amand Gombert-Delmas

    Amand Gombert-Delmas se marie en 1982 à Chantal Gombert, issue d'une famille vosgienne installée en Roussillon. Comme l'ont fait avant elle Anita, Anna, Rosalie et Marie-Anne, elle se passionnera à son tour pour le commerce de la musique, ou elle démontre des dispositions évidentes. Elle tiendra d'ailleurs l'affaire alors que son mari se formera à l'Ecole Nationale d'Apprentissage des Métiers de la Musique au Mans (Aujourd'hui appelé ITEMM)

    La "flotte" de concert est étoffée, et Amand Gombert-Delmas se renforce dans la location de concert en devenant incontournable dans le département (Festival de Prades ...)

    En 1985, pour féliciter les efforts effectués depuis la reprise 3 ans auparavant, le ministre du commerce Jean-Marie Bockel decerne le "Mercure d'Or" des commerçants performants à Amand Gombert-Delmas

    En 1989, le magasin est rénové pour atteindre les 140 mètres carrés, occupant ainsi la totalité du rez de chaussé du 86 Avenue du Général de Gaulle. Le besoin de rénovation s'exprime tous les 40 ans dans la famille Delmas, à chaque génération (François en 1909, Louis en 1949, Amand en 1989). Les disques ne font plus partie de l'assortiment, étant donné leur diffusion à bas prix en grande surface et magasins spécialisés. Néanmoins, la musique électronique rentre chez Delmas Musique avec les synthétiseurs et autres boites à effet. Le résultat ne se fait pas attendre, et Amand Gombert-Delmas conquiert une nouvelle clientèle jeune, en plus de celle plus traditionnelle de son grand père. Ces derniers travaux sont plus que justifiés avec une multiplication par 6 du chiffre d'affaire en 1982 et 1990, à la vieille du 150ème anniversaire de la maison Delmas. Le moment historique est fêté par la parution d'un livret écrit par Francis Gombert, père d'Amand et mari de Francine Delmas.

    Après la naissance en 1984 de Virgine, c'est la naissance en 1990, année du cent cinquantenaire de la maison Delmas de François-Nicolas Gombert. François comme François Delmas qui a su donner à l'affaire au tournant du 20ème siècle sa première modernité. et Nicolas comme Nicolas Gombert, maître de chapelle de Charles Quint au 16ème siècle.... Que les espoirs se lèvent pour le 21ème siècle.

    Il n'est donc pas donc rare devoir en ce début de 21ème siècle la septième génération (Virginie et François-Nicolas) aux côtés de la sixième, leurs parents (Amand et Chantal) dans le magasin du 86 avenue Général de Gaulle pour servir tous les musiciens. Le magasin est d'ailleurs modernisé une nouvelle fois en au début des années 2000 pour le rafraichir. On ajoute aussi un local attenant au 84 pour recevoir les pianos de concert.

    En 2003, la maison Delmas devient concessionnaire de la prestigieuse marque de pianos Steinway & Sons, après avoir été loueur pour les pianos de concert pendant de nombreuses années.

    Enfin, en 2013, suite au développement de l'affaire, la sixième génération décide de déménager le magasin principal en face du bâtiment historique, au 53 Avenue du Général de Gaulle, possédant maintenant plus de 450 mètres carrés d'exposition et d'ateliers pour répondre à toutes les demandes des musiciens.

    Quelque soit l'avenir, il restera à ces 6 générations d'avoir servi la Musique.

  • Les 150 Ans

    6 Générations au service de la musique

    En 1990, à l'occasion des 150 ans de la "Maison Delmas", Francis Gombert (1929-2004), beau fils de Louis Delmas offre a sa femme Francine et à son fils Amand Gombert-Delmas l'histoire de la famille. Malgré des archives familiales sommaires, il parviendra à retracer la saga de la famille Delmas. Son travail, particulièrement précis pour un généalogiste amateur permet d'éclairer les raisons de l'incroyable continuité de l'entreprise : la famille. Il nous permet aujourd'hui de montrer au public des images d'archives exceptionnellement conservée comme les publicités de François Delmas et de Firmin Delmas Le livre, bien que publié en faible tirage est encore disponible sur demande au magasin, en attendant un probable réédition augmentée pour les 175 ans en 2015.

  • La Maison Delmas s’agrandit Avenue de la Gare

    Au printemps 2013 , une nouvelle étape est franchie pour la maison Delmas. En effet, le magasin historique devenait un peu étroit. Il fallait trouver un endroit pour exposer les grands pianos de concerts, l'imposante flotte de pianos droits, les guitares, les claviers ainsi que tous ces instruments qui composent les joyaux d'un magasin de Musique. Cependant, il arrivait souvent que les instruments soient en stock mais non visibles.
    La décision familiale a été prise de déménager, enfin, de traverser l'avenue de la gare. Il se faisait plus de 100 ans que la maison n'avait pas bougée. Le changement a été fait pour local beaucoup plus spacieux, avec de large vitrines ,et un grand hall d'exposition. Pour autant le magasin historique, reste ouvert et est uniquement dédié aux pianos d'occasion, aux instruments de Concert, ainsi qu'à l'atelier, beau retour aux sources pour la bâtisse construite par François Delmas.
    Inauguré en septembre 2013 , avec une pléiade d'artistes et de musiciens, entourés de mélomanes du Roussillon et d'ailleurs, avec un concert "in live"  pour la plus grande joie des artistes , des musiciens , et des riverains du quartier.
    Dorénavant, la maison Delmas est prête à mieux accueillir tous les musiciens de la région.
    Fidèle à ses valeurs et durablement orienté vers le futur, c'est une pierre de plus à l'édifice de cette maison familiale.